L'article du New York Times du 17/12/06

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'article du New York Times du 17/12/06

Message  Numéro 6 le Jeu 27 Sep - 19:24

Eli Lilly Said to Play Down Risk of Top Pill
By ALEX BERENSON
Published: December 17, 2006

The drug maker Eli Lilly has engaged in a decade-long effort to play down the health risks of Zyprexa, its best-selling medication for schizophrenia, according to hundreds of internal Lilly documents and e-mail messages among top company managers.

The documents, given to The Times by a lawyer representing mentally ill patients, show that Lilly executives kept important information from doctors about Zyprexa’s links to obesity and its tendency to raise blood sugar — both known risk factors for diabetes.

Lilly’s own published data, which it told its sales representatives to play down in conversations with doctors, has shown that 30 percent of patients taking Zyprexa gain 22 pounds or more after a year on the drug, and some patients have reported gaining 100 pounds or more. But Lilly was concerned that Zyprexa’s sales would be hurt if the company was more forthright about the fact that the drug might cause unmanageable weight gain or diabetes, according to the documents, which cover the period 1995 to 2004.

Zyprexa has become by far Lilly’s best-selling product, with sales of $4.2 billion last year, when about two million people worldwide took the drug.

Critics, including the American Diabetes Association, have argued that Zyprexa, introduced in 1996, is more likely to cause diabetes than other widely used schizophrenia drugs. Lilly has consistently denied such a link, and did so again on Friday in a written response to questions about the documents. The company defended Zyprexa’s safety, and said the documents had been taken out of context.

But as early as 1999, the documents show that Lilly worried that side effects from Zyprexa, whose chemical name is olanzapine, would hurt sales.

“Olanzapine-associated weight gain and possible hyperglycemia is a major threat to the long-term success of this critically important molecule,” Dr. Alan Breier wrote in a November 1999 e-mail message to two-dozen Lilly employees that announced the formation of an “executive steering committee for olanzapine-associated weight changes and hyperglycemia.” Hyperglycemia is high blood sugar.

At the time Dr. Breier, who is now Lilly’s chief medical officer, was the chief scientist on the Zyprexa program.

In 2000, a group of diabetes doctors that Lilly had retained to consider potential links between Zyprexa and diabetes warned the company that “unless we come clean on this, it could get much more serious than we might anticipate,” according to an e-mail message from one Lilly manager to another.

And in that year and 2001, the documents show, Lilly’s own marketing research found that psychiatrists were consistently saying that many more of their patients developed high blood sugar or diabetes while taking Zyprexa than other antipsychotic drugs.

The documents were collected as part of lawsuits on behalf of mentally ill patients against the company. Last year, Lilly agreed to pay $750 million to settle suits by 8,000 people who claimed they developed diabetes or other medical problems after taking Zyprexa. Thousands more suits against the company are pending.

On Friday, in its written response, Lilly said that it believed that Zyprexa remained an important treatment for patients with schizophrenia and bipolar disorder. The company said it had given the Food and Drug Administration all its data from clinical trials and reports of adverse events, as it is legally required to do. Lilly also said it shared data from literature reviews and large studies of Zyprexa’s real-world use.

“In summary, there is no scientific evidence establishing that Zyprexa causes diabetes,” the company said.

Lilly also said the documents should not have been made public because they might “cause unwarranted fear among patients that will cause them to stop taking their medication.”

As did similar documents disclosed by the drug maker Merck last year in response to lawsuits over its painkiller Vioxx, the Lilly documents offer an inside look at how a company marketed a drug while seeking to play down its side effects. Lilly, based in Indianapolis, is the sixth-largest American drug maker, with $14 billion in revenue last year.

The documents — which include e-mail, marketing material, sales projections and scientific reports — are replete with references to Zyprexa’s importance to Lilly’s future and the need to keep concerns about diabetes and obesity from hurting sales. But that effort became increasingly difficult as doctors saw Zyprexa’s side effects, the documents show.

In 2002, for example, Lilly rejected plans to give psychiatrists guidance about how to treat diabetes, worrying that doing so would tarnish Zyprexa’s reputation. “Although M.D.’s like objective, educational materials, having our reps provide some with diabetes would further build its association to Zyprexa,” a Lilly manager wrote in a March 2002 e-mail message.

But Lilly did expand its marketing to primary care physicians, who its internal studies showed were less aware of Zyprexa’s side effects. Lilly sales material encouraged representatives to promote Zyprexa as a “safe, gentle psychotropic” suitable for people with mild mental illness.

Some top psychiatrists say that Zyprexa will continue to be widely used despite its side effects, because it works better than most other antipsychotic medicines in severely ill patients. But others say that Zyprexa appears no more effective overall than other medicines.

And some doctors who specialize in diabetes care dispute Lilly’s assertion that Zyprexa does not cause more cases of diabetes than other psychiatric drugs. “When somebody gains weight, they need more insulin, they become more insulin resistant,” Dr. Joel Zonszein, the director of the clinical diabetes center at Montefiore Medical Center in the Bronx, said when asked about the drug.

In 2003, after reviewing data provided by Lilly and other drug makers, the F.D.A. said that the current class of antipsychotic drugs may cause high blood sugar. It did not specifically single out Zyprexa, nor did it say that the drugs had been proven to cause diabetes.

The drugs are known as atypical antipsychotics and include Johnson & Johnson’s Risperdal and AstraZeneca’s Seroquel. When they were introduced in the mid-1990s, psychiatrists hoped they would relieve mental illness without the tremors and facial twitches associated with older drugs. But the new drugs have not proven significantly better and have their own side effects, said Dr. Jeffrey Lieberman, the lead investigator on a federally sponsored clinical trial that compared Zyprexa and other new drugs with one older one.

The Zyprexa documents were provided to the Times by James B. Gottstein, a lawyer who represents mentally ill patients and has sued the state of Alaska over its efforts to force patients to take psychiatric medicines against their will. Mr. Gottstein said the information in the documents raised public health issues.

“Patients should be told the truth about drugs like Zyprexa,” Mr. Gottstein said.

Lilly originally provided the documents, under seal, to plaintiffs lawyers who sued the company claiming their clients developed diabetes from taking Zyprexa. Mr. Gottstein, who is not subject to the confidentiality agreement that covers the product liability suits, subpoenaed the documents in early December from a person involved in the suits.

In its statement, Lilly called the release of the documents “illegal.” The company said it could not comment on specific documents because of the continuing product liability suits.

In some ways, the Zyprexa documents are reminiscent of those produced in litigation over Vioxx, which Merck stopped selling in 2004 after a clinical trial proved it caused heart problems. They treat very different conditions, but Zyprexa and Vioxx are not entirely dissimilar. Both were thought to be safer than older and cheaper drugs, becoming bestsellers as a result, but turned out to have serious side effects.

After being pressed by doctors and regulators, Merck eventually did test Vioxx’s cardiovascular risks and withdrew the drug after finding that Vioxx increased heart attacks and strokes.

Lilly has never conducted a clinical trial to determine exactly how much Zyprexa raises patients’ diabetes risks. But scientists say conducting such a study would be exceedingly difficult, because diabetes takes years to develop, and it can be hard to keep mentally ill patients enrolled in a clinical trial.

When it was introduced, Zyprexa was the third and most heralded of the atypical antipsychotics. With psychiatrists eager for new treatments for schizophrenia, bipolar disorder, and dementia, Zyprexa’s sales soared.

But as sales grew, reports rolled in to Lilly and drug regulators that the medicine caused massive weight gain in many patients and was associated with diabetes. For example, a California doctor reported that 8 of his 35 patients on Zyprexa had developed high blood sugar, including two who required hospitalization.

The documents show that Lilly encouraged its sales representatives to play down those effects when talking to doctors. In one 1998 presentation, for example, Lilly said its salespeople should be told, “Don’t introduce the issue!!!” Meanwhile, the company researched combinations of Zyprexa with several other drugs, hoping to alleviate the weight gain. But the combinations failed.

To reassure doctors, Lilly also publicly said that when it followed up with patients who had taken Zyprexa in a clinical trial for three years, it found that weight gain appeared to plateau after about nine months. But the company did not discuss a far less reassuring finding in early 1999, disclosed in the documents, that blood sugar levels in the patients increased steadily for three years.

In 2000 and 2001, more warning signs emerged, the documents show. In four surveys conducted by Lilly’s marketing department, the company found that 70 percent of psychiatrists polled had seen at least one of their patients develop high blood sugar or diabetes while taking Zyprexa, compared with about 20 percent for Risperdal or Seroquel. Lilly never disclosed those findings.

By mid-2003, Lilly began to change its stance somewhat, publicly acknowledging that Zyprexa can cause severe obesity. Marketing documents make clear that by then Lilly believed it had no choice. On June 23, 2003, an internal committee reported that Zyprexa sales were “below plan” and that doctors were “switching/avoiding Zyprexa.”

Since then, Lilly has acknowledged Zyprexa’s effect on weight but has argued that it does not necessarily correlate to diabetes. But Zyprexa’s share of antipsychotic drug prescriptions is falling, and some psychiatrists say they no longer believe the information Lilly offers.

“From my personal experience, at first my concerns about weight gain with this drug were very significantly downplayed by their field representatives,” said Dr. James Phelps, a psychiatrist in Corvallis, Or. ‘Their continued efforts to downplay that, I think in retrospect, was an embarrassment to the company.”

Dr. Phelps says that he tries to avoid Zyprexa because of its side effects but sometimes still prescribes it, especially when patients are acutely psychotic and considering suicide, because it works faster than other medicines.

“I wind up using it as an emergency medicine, where it’s superb,” he said. “But I’m trying to get my patients off of Zyprexa, not put them on.”
avatar
Numéro 6
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 27/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fieez.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

idem mais en français c'est mieux ;*)

Message  boubousol le Ven 5 Oct - 15:46

Citation:Eli Lilly Said pour Minimiser le Risque de Comprimé Supérieur
ALEX BERENSON
Publié : le 17 décembre 2006

Le producteur de médicament(drogue) Eli Lilly s'est livré à un long décade effort de minimiser les risques de santé de Zyprexa, sa médication le mieux vendant pour la schizophrénie, selon des centaines de documents de Lilly intérieurs et de messages e-mail parmi les directeurs de compagnie supérieurs.

Les documents, donnés à The Times par un avocat représentant des patients surmené intellectuellement malades, montrent que les exécutifs de Lilly ont gardé des renseignements importants des docteurs des liens(liaisons) de Zyprexa’s vers la corpulence et sa tendance de lever du glucide — les deux facteurs de risque connus pour le diabète.

Lilly’s possèdent des données publiées, qu'il a dites à ses représentants des ventes de minimiser dans les conversations avec les docteurs, a montré que 30 pour cent de patients prenant Zyprexa gagnent 22 livres ou plus après une année sur le médicament(la drogue) et certains patients ont signalé le gagnant de 100 livres ou plus. Mais Lilly a été concernée que les ventes Zyprexa’s seraient faites mal si la compagnie était plus directe du fait que le médicament(la drogue) pourrait provoquer(causer) la prise de poids peu maniable ou le diabète, selon les documents, qui couvrent la période 1995 à 2004.

Zyprexa est devenu de loin le produit de meilleure vente de Lilly’s, avec les ventes de $4.2 milliards l'année dernière, quand environ deux millions de personnes dans le monde entier ont pris le médicament(la drogue).

Les critiques, en incluant l'Association de Diabète américaine, ont soutenu que Zyprexa, présenté en 1996, provoquera(causera) mieux le diabète que d'autres médicaments(drogues) de schizophrénie largement utilisés. Lilly a systématiquement nié un tel lien(liaison) et a fait si de nouveau vendredi en réponse écrite aux questions à propos des documents. La compagnie a défendu la sécurité Zyprexa’s et a dit que les documents avaient été pris du contexte.

Mais dès 1999, les documents montrent que Lilly a eu peur que les effets indésirables de Zyprexa, dont le nom chimique est olanzapine, fassent mal aux ventes.

La prise de poids “Olanzapine-associée et l'hyperglycémie possible sont une menace importante au succès à long terme de cette molécule d'un œil critique importante, ” Dr Alan Breier a écrit dans un message e-mail de novembre de 1999 à deux douzaines d'employés de Lilly qui ont annoncé la formation d'un “executive le comité se dirigeant pour les changements de poids olanzapine-associés et l'hyperglycémie. ” l'Hyperglycémie est du haut glucide.

À Dr de temps Breier, qui est maintenant le chef de Lilly’s le médecin examinateur, était le scientifique en chef sur le programme Zyprexa.

En 2000, un groupe de docteurs de diabète que Lilly avait retenus pour considérer des liens(liaisons) potentiels entre Zyprexa et le diabète a averti la compagnie que “unless nous y venons propres, il pourrait devenir beaucoup plus sérieux que nous pourrions nous attendre, ” selon un message e-mail d'un directeur de Lilly à un autre.

Et dans cette année et 2001, le spectacle de documents, Lilly’s la propre recherche commerciale a constaté que les psychiatres disaient systématiquement que beaucoup plus de leurs patients ont développé du haut glucide ou un diabète en prenant Zyprexa que d'autres médicaments(drogues) antiinsensés.

Les documents ont été recueillis dans le cadre des procès au nom des patients surmené intellectuellement malades contre la compagnie. L'année dernière, Lilly a accepté de payer $750 millions pour installer des costumes par 8,000 personnes qui ont réclamé qu'ils ont développé le diabète ou d'autres problèmes médicaux après le fait de prendre Zyprexa. Des milliers plus de costumes contre la compagnie sont à l'examen.

Vendredi, en sa réponse écrite, Lilly a dit qu'il a cru que Zyprexa est resté un traitement important pour les patients avec la schizophrénie et le désordre bipolar. La compagnie a dit qu'il avait donné toutes ses données à l'Administration de Médicament(Drogue) et d'Aliments des essais cliniques et des rapports d'événements hostiles, comme il est tenu juridiquement de faire. Lilly a aussi dit qu'il a partagé des données des révisions de littérature et des grandes études d'utilisation de monde réel Zyprexa’s.

Le résumé de “In, il n'y a aucune évidence scientifique établissant que Zyprexa provoque(cause) le diabète, ” la compagnie a dit.

Lilly a aussi dit que les documents ne devraient pas avoir été communiqués parce qu'ils pourraient la peur injustifiée cause parmi les patients qui les feront arrêter de prendre leur médication. ”

Aussi bien que les documents semblables révélés par le producteur de médicament(drogue) Merck l'année dernière en réponse aux procès sur son médicament analgésique Vioxx, les documents de Lilly offrent un coup d'oeil intérieur à comment une compagnie a commercialisé un médicament(une drogue) en cherchant à minimiser ses effets indésirables. Lilly, basée à Indianapolis, est le sixième-plus-grand producteur de médicament(drogue) américain, avec $14 milliards dans le revenu l'année dernière.

Les documents — qui incluent l'e-mail, en commercialisant la matière, les projections des ventes et les rapports scientifiques — sont pleins des références à l'importance Zyprexa’s à l'avenir Lilly’s et au besoin de garder des inquiétudes du diabète et de la corpulence de faire mal aux ventes. Mais cet effort est devenu de plus en plus difficile comme les docteurs ont vu des effets indésirables Zyprexa’s, le spectacle de documents.

En 2002, par exemple, Lilly a rejeté des plans de donner des conseils de psychiatres de comment traiter le diabète, en ayant peur que l'action ternisse ainsi la réputation Zyprexa’s. Although M.D. ’ s comme le matériel objectif, éducatif, en ayant notre reps fournissent certains avec le diabète construiraient davantage son association à Zyprexa, ” un directeur de Lilly a écrit dans un message e-mail de mars de 2002.

Mais Lilly a vraiment développé son marketing aux docteurs de soin primaires, que ses études intérieures ont montrés étaient moins conscients des effets indésirables Zyprexa’s. La matière de ventes de Lilly a encouragé des représentants à promouvoir Zyprexa comme un “safe, psychotropic doux ” convenable pour les gens avec la maladie mentale légère.

Certains psychiatres supérieurs disent que Zyprexa continuera à être largement utilisé en dépit de ses effets indésirables, parce qu'il travaille mieux que la plupart des autres médecines antiinsensées dans les patients sévèrement malades. Mais d'autres disent que Zyprexa ne semble pas plus efficace en tout que d'autres médecines.

Et certains docteurs qui se spécialisent en soin de diabète contestent l'assertion Lilly’s que Zyprexa ne provoque(cause) pas plus de cas de diabète que d'autres médicaments(drogues) psychiatriques. When quelqu'un gagne le poids, ils ont besoin de plus d'insuline, ils deviennent plus d'insuline résistante, ” Dr Joel Zonszein, le directeur du centre de diabète clinique au Centre Médical Montefiore dans le Bronx, a dit quand demandé du médicament(de la drogue).

En 2003, après le fait de reconsidérer des données fournies par Lilly et d'autres producteurs de médicament(drogue), le F.D.A. a dit que la classe actuelle de médicaments(drogues) antiinsensés peut provoquer(causer) du haut glucide. Il n'a pas spécialement choisi Zyprexa, il n'a dit non plus que les médicaments(drogues) avaient été prouvés provoquer(causer) le diabète.

Les médicaments(drogues) sont connus comme antipsychotics atypique et incluent Johnson et Johnson’s Risperdal et AstraZeneca’s Seroquel. Quand ils ont été présentés dans le milieu les années 1990, les psychiatres ont espéré qu'ils soulageraient la maladie mentale sans les tremblements et le soin du visage tremble associé aux médicaments(drogues) plus vieux. Mais les nouveaux médicaments(drogues) ne se sont pas avérés de façon significative mieux et ont leurs propres effets indésirables, a dit Dr Jeffrey Lieberman, le premier investigateur sur un essai clinique à un niveau fédéral sponsorisé qui a comparé Zyprexa et d'autres nouveaux médicaments(drogues) avec un plus vieux.

Les documents Zyprexa ont été fournis aux Temps par James B. Gottstein, un avocat qui représente des patients surmené intellectuellement malades et a poursuivi l'état en justice d'Alaska sur ses efforts de forcer des patients pour prendre des médecines psychiatriques contre leur volonté. M. Gottstein a dit que les renseignements dans les documents ont levé des éditions(questions) de santé publique.

Patients devrait être dit que la vérité des médicaments(drogues) comme Zyprexa, ” M. Gottstein a dit.

Lilly a à l'origine fourni les documents, sous le sceau, aux avocats de plaignants qui ont poursuivi la compagnie en justice en réclamant que leurs clients ont développé le diabète de prendre Zyprexa. M. Gottstein, qui n'est pas soumis à l'accord de confidence qui couvre les costumes de responsabilité de produits, a cité les documents au début du décembre d'une personne en question dans les costumes.

Dans sa déclaration, Lilly a appelé la libération des documents illegal. ” la compagnie a dit qu'il ne pouvait pas commenter des documents spécifiques à cause des costumes de responsabilité de produits continuants.

Sous certains aspects, les documents Zyprexa sont évocateurs de ceux a produit dans les litiges sur Vioxx, que Merck a arrêté de vendre en 2004 après qu'un essai clinique a prouvé qu'il a provoqué(causé) des problèmes du cœur. Ils traitent des conditions radicalement différentes, mais Zyprexa et Vioxx ne sont pas entièrement différents. Tant ont été pensés être plus sûrs que les médicaments(drogues) plus vieux que plus bon marché, en devenant des best-sellers par conséquent, mais s'est révélé avoir des effets indésirables sérieux.

Après être appuyé par les docteurs et les régulateurs, Merck a finalement évalué des risques cardiovasculaires Vioxx’s et a retiré le médicament(la drogue) après le fait de constater que Vioxx a augmenté des crises cardiaques et des coups.

Lilly n'a jamais accompli d'essai clinique pour déterminer exactement combien de Zyprexa élève des patients ’ les risques de diabète. Mais les scientifiques disent que la conduction d'une telle étude serait extrêmement difficile, parce que le diabète prend des années pour se développer et il peut être dur de garder des patients surmené intellectuellement malades inscrits à un essai clinique.

Quand il a été présenté, Zyprexa était le troisième et le plus annoncé d'antipsychotics atypique. Avec les psychiatres désireux pour de nouveaux traitements pour la schizophrénie, bipolar le désordre et la démence, les ventes de Zyprexa’s sont montées.

Mais comme les ventes ont grandi(augmenté), les rapports ont afflué à Lilly et à régulateurs de médicament(drogue) que la médecine a provoqué(causé) la prise de poids massive dans beaucoup de patients et a été associée au diabète. Par exemple, un docteur de Californie a dit que 8 de ses 35 patients sur Zyprexa avaient développé du haut glucide, en incluant deux qui a exigé l'hospitalisation.

Les documents montrent que Lilly a encouragé ses représentants des ventes à minimiser ces effets en parlant aux docteurs. Dans une présentation de 1998, par exemple, Lilly a dit que l'on devrait dire à ses vendeurs, Don’t présentent l'édition(la question)!!! ” Pendant ce temps, la compagnie a exploré des combinaisons de Zyprexa avec plusieurs autres médicaments(drogues), en espérant soulager la prise de poids. Mais les combinaisons ont échoué.

Pour rassurer des docteurs, Lilly a aussi publiquement dit que quand il a enchaîné des patients qui avaient pris Zyprexa à un essai clinique depuis trois ans, il a constaté que la prise de poids a apparu au plateau après environ neuf mois. Mais la compagnie n'a pas discuté beaucoup moins de conclusion d'encouragement au début de 1999, révélé dans les documents, ces niveaux de glucide dans les patients ont augmenté progressivement(régulièrement) depuis trois ans.

En 2000 et 2001, plus de signes d'avertissement ont émergé, le spectacle de documents. Dans quatre enquêtes accomplies par Lilly’s le marketing du département, la compagnie a constaté que 70 pour cent de psychiatres ont voté avait vu au moins un de leurs patients développer du haut glucide ou un diabète en prenant Zyprexa, comparé avec environ 20 pour cent pour Risperdal ou Seroquel. Lilly n'a jamais révélé ces conclusions.

Avant le milieu 2003, Lilly a commencé à changer sa position un peu, en admettant publiquement que Zyprexa peut provoquer(causer) la corpulence sévère. Les documents commercialisants expliquent que d'ici là Lilly a cru qu'il n'avait aucun choix. Le 23 juin 2003, un comité intérieur a dit que les ventes Zyprexa étaient le plan de “below ” et que les docteurs étaient switching/avoiding Zyprexa. ”

Depuis, Lilly a admis l'effet de Zyprexa’s sur le poids, mais a soutenu qu'il n'est pas nécessairement en corrélation au diabète. Mais la part de Zyprexa’s de prescriptions de médicament(drogue) antiinsensées tombe et certains psychiatres disent qu'ils ne croient plus les renseignements que Lilly offre.

From mon expérience personnelle, au début mes inquiétudes de la prise de poids avec ce médicament(drogue) ont été très de façon significative minimisées l'importance par leurs représentants de terrain, ” a dit Dr James Phelps, un psychiatre dans Corvallis, Ou. Their a continué des efforts d'en minimiser l'importance, je pense rétrospectivement, était un embarras pour la compagnie. ”

Dr Phelps dit qu'il essaie d'éviter Zyprexa à cause de ses effets indésirables, mais le prescrit quelquefois toujours, surtout quand les patients sont le suicide vivement insensé et réfléchissant, parce qu'il travaille plus vite que d'autres médecines.

I mettent fin à l'utilisation de cela comme une médecine d'urgence, où it’s superbe, ” il a dit. But I’m essayant de recevoir mes patients de Zyprexa, non mis eux. ”

boubousol

Messages : 3
Date d'inscription : 02/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum